Le AI France Summit, une initiative de TECH IN France en partenariat avec le secrétariat d’Etat au numérique, visant à mettre en valeur l’excellence française en matière d’intelligence artificielle s’est déroulé le 5 mars. Pour consulter l’article best-of de l’événement, cliquez ici. A cette occasion, Jérôme BOISSOU, ELIOT IoT Program Project Leader chez LEGRAND, qui représentait la Fédération à la table-ronde « Data, formats, standards, biais : l’entreprise face à une boîte noire? », a répondu à nos questions.

Comment l’IA a-t-elle aidé à transformer les entreprises ?

L’Intelligence Artificielle est une technologie très large, mise en avant par beaucoup de marques. La définition de l’IA selon Legrand est la capacité à collecter, gérer et interpréter les données de l’environnement afin de pouvoir agir en conséquence sur ce même environnement. Le champ de création de valeur pour les entreprises devient immense aussi bien pour son environnement client que pour l’interne. Mieux gérer les process de pricing de logistique ou aller vers l’industrie 4.0 peuvent apporter plus de compétitivité à l’entreprise. D’autre part mieux comprendre nos clients et mieux les servir afin d’apporter plus de valeur ajoutée à l’utilisateur, aux installateurs, aux exploitants, à nos partenaires va là aussi générer plus d’engagement, de fidélité et in fine plus de revenus.

Comment passer de la hype à l’innovation ?

En fait l’IA ce n’est pas hype, nous intégrons de l’intelligence dans nos produits depuis des décennies. Ce qui est vraiment nouveau, c’est que nous pouvons baser nos innovations sur une masse plus importante de données et une capacité de calcul plus importante. Nous innovons en continu comme nous l’avons toujours fait. La connectivité nous permet aujourd’hui de faire des updates produits quasiment en temps réel. Le « route to market » de l’innovation est donc plus rapide. En interne, la démocratisation des méthodologies de développement Agile tend encore à accélérer ce phénomène. Mais l’important est de ne pas dépasser la capacité d’acceptation des utilisateurs, l’aspect sociologique est très important. Nous avons des exemples de technologies déployées dans certaines zones géographiques dont la maturité est plus grande que d’autres.

L’un des points majeurs pour aider cette transformation est d’encourager l’interopérabilité. Comment développez-vous cette position ?

L’interopérabilité est une condition essentielle au développement des solutions connectées, notre démarche d’interopérabilité nous a conduit à lancer, il y a deux ans, le programme Works with Legrand. Ce portail permet à des tiers (startups, grands groupes, industriels, plateformes IoT…) de se connecter aux solutions Legrand pour offrir de nouveaux services et fonctionnalités, et ainsi créer de la valeur ajoutée pour l’utilisateur final. Aujourd’hui encore, Legrand compte plus de 35  nouveaux développeurs par mois qui viennent s’inscrire sur la plateforme (soit plus de 330 développements par plus de 1100 développeurs depuis 2018). Le Programme Works with Legrand se concrétise par un site internet sur lequel tout partenaire peut venir identifier la manière de se rendre interopérable avec les solutions Legrand que ce soit via des API, via des langages IP ou encore des langages de terrain. Nous pensons que les expériences attendues par les utilisateurs que soit dans le monde du résidentiel ou celui du tertiaire ne peuvent pas être gérées par un seul acteur de bout en bout. Une chaîne de plusieurs entreprises doit alors se coordonner pour produire la meilleure expérience, le partenariat est incontournable.

Les investissements sont-ils suffisants en termes d’IA en France ?

Je crois que beaucoup investissent dans ce domaine mais attention à l’IA washing. Il vaut mieux se focaliser sur ce que l’on sait bien faire plutôt que d’investir dans des technologies ou services d’IA que d’autres peuvent amener plus rapidement et avec un plus grand savoir-faire. Encore une fois les notions de partenariat et d’interopérabilité sont cruciales pour investir plus justement.

Comment éviter de faire de l’IA en silos ? Comment peut-elle innerver l’innovation et produire de la valeur ?

Encore une fois le champ est vaste. Si je me concentre sur l’aspect business, l’Intelligence Artificielle doit pouvoir :

– Prédire et agir, pour apprendre et comprendre l’usage des produits et solutions par les utilisateurs ;

– Discuter, pour engager un dialogue avec les utilisateurs ;

– Visualiser, pour savoir distinguer objets et formes et pouvoir les reconnaître

Mais l’important est aussi de ne pas briser les habitudes des utilisateurs ou de devancer leur maturité vis à vis de telle ou telle technologie. Pour éviter de siloter l’IA le dialogue avec des partenaires est important. Nous proposons depuis le départ de l' »IA as a service » qui permet à toute entreprise de délivrer des fonctionnalités IA sur la base de nos produits. Cela sert l’expérience bout en bout pour nos utilisateurs.

L’IA est utilisée dans des cas concrets comme la smart home et smart building. Pouvez-vous nous citer quelques exemples d’utilisation par Legrand ?

Nous avons de multiples exemples j’en prendrai 3 :

  • Celui de la sonnette qui est devenue un portier audio, puis un portier audio-vidéo noir & blanc puis couleur, puis connecté et enfin à reconnaissance faciale complété par des caméras intérieures et extérieures elles aussi à reconnaissance faciale. On voit bien ici l’innovation incrémentale qui apporte de plus en plus de valeur pour l’utilisateur. Nos produits Classe 300x, le nouveau Classe 100x ainsi que les caméras Netatmo connaissent un succès incroyable intégrant l’IA afin d’apporter des détections de plus en plus précises faisant la différence entre des animaux et des humains et vous alertant en cas d’intrusions intempestives à votre domicile.
  • L’évolution de l’application Home + Control (2 Innovation Awards lors du CES 2017) qui vous permet de piloter votre maison au quotidien et de recevoir des notifications de plus en plus intelligentes en fonction de vos habitudes et besoins. Elle intègre maintenant des routines de chauffage grâce à notre thermostat Smarther ou de simulation de présence et de scénario de départ ou arrivée chez vous agissant sur vos lumières et volets roulants. Enfin le dernier né des produits intégré à Home + Control : le tableau électrique Drivia with Netatmo, pour lequel nous avons reçu 2 Innovation Awards au CES 2020, permettant la gestion de vos charges électriques comme le ballon d’eau chaude ou votre chauffage pour plus d’efficacité énergétique.
  • Le tertiaire n’est pas en reste avec l’exemple de l’hôtellerie et la connexion d’IA autour d’une meilleure connaissance client pour assurer plus de valeur à ce dernier. C’est ce que nous montrions avec la Société MySmartJarvis lors du dernier CES.