Le Président de la FIEEC, Laurent Tardif, alerte les pouvoirs publics à l’occasion d’une tribune dans Les Echos sur les grandes oubliées de la transition écologique : les infrastructures énergétiques et numériques.

« Il est crucial que les pouvoirs publics anticipent la hausse considérable de ces investissements en infrastructures pour que la France et plus largement l’Union européenne atteignent leurs objectifs » explique-t-il.

Pour la FIEEC, il n’y aura pas de transition écologique sans un plan d’investissements ambitieux dans nos infrastructures énergétiques et numériques.

Ces deux dernières années, marquées par la pandémie de Covid-19 et par la crise ukrainienne nous ont rappelé une chose : il est grand temps de regagner notre souveraineté industrielle et énergétique.

Mais l’impératif de la transition écologique nous impose de repenser notre modèle industriel pour le décarboner. Et cela passe par une chose : l’électrification.

Pour que toute source d’énergie devienne électrique, notre société va se retrouver face à un besoin massif d’infrastructures énergétiques : des compteurs électriques, des lignes, des bornes de recharge pour les véhicules.

Une opportunité s’offre à nous, celle d’allier le numérique à l’électrique pour un réseau d’un nouveau genre : un réseau intelligent, modulable, économique et flexible.

L’alliance des infrastructures numériques et des infrastructures énergétiques nous permettra d’accomplir notre transition écologique, mais pour la réaliser, il sera nécessaire d’investir massivement dans celles-ci.

Retrouvez l’intégralité de la tribune en cliquant ici