Les rendez-vous du Pipame // Filière électronique : Enjeux et priorités d’une filière au cœur de la transformation numérique

Le mercredi 12 juin 2019 de 14h00 à 17h30

Centre Pierre Mendès France, 139 rue de Bercy, 75012 Paris – Salle de conférences

 

Filière stratégique du Conseil National de l’Industrie (CNI), l’industrie électronique est aujourd’hui au cœur de la transformation numérique. Elle est également partenaire stratégique pour l’ensemble des secteurs applicatifs industriels, au premier rang desquels figurent l’automobile, l’aéronautique, le médical, la défense et les objets connectés. Si l’augmentation des commandes issues des clients historiques ( télécoms, automobile et aéronautique) et des nouveaux marchés liés aux objets communicants constitue une formidable opportunité de développement pour la filière électronique française dans son ensemble, elle impose également la prise en compte de nombreux enjeux (forte pression sur les coûts de production, apparition de nouvelles typologies de clients et nouveaux modes de collaborations, … ).

Dans ce contexte, la Direction générale des entreprises (DGE), le Syndicat National de la Sous-Traitance Électronique (SNESE), ACSIEL Alliance Électronique, le Syndicat Professionnel de la Distribution en Électronique Industrielle (SPDEI) et la FIEEC (Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication) ont commandé une étude portant sur les enjeux et les perspectives de la filière de production électronique.

Ce nouveau Rendez-vous du PIPAME intitulé « Filière électronique : Enjeux et priorités d’une filière au cœur de la transformation numérique » sera notamment l’occasion de présenter les principaux résultats de cette étude et de prolonger la réflexion autour d’une table ronde : « Faire le choix d’une industrialisation et d’une fabrication électronique sur le territoire : une stratégie gagnante ?».

 

Programme : https://www.entreprises.gouv.fr/files/files/directions_services/etudes-et-statistiques/prospective/programme-fabrication-electronique.pdf

Inscription : https://www.entreprises.gouv.fr/etudes-et-statistiques/filiere-electronique

Rénovation énergétique dans le bâtiment : François de Rugy et Emmanuelle Wargon signent la convention du programme « PROFEEL », visant à développer l’innovation au service de la rénovation énergétique des bâtiments

La Filière électronique annonce la création du Technocampus Électronique d’Angers, première plateforme d’accélération de l’industrie électronique du futur

Télécharger le communiqué de presse

Décret Tertiaire : Les représentants du secteur de l’efficacité énergétique saluent la concertation et appellent à une action à la hauteur des ambitions

Télécharger le communiqué de presse

Colloque « Quelle politique européenne pour les industries technologiques ? » : La Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication se mobilise pour une politique industrielle européenne ambitieuse

Télécharger le communiqué de presse

21 propositions pour relever les défis sociétaux et environnementaux européens

Ces dernières années ont été marquées par une série d’évolutions susceptibles d’impacter en profondeur les enjeux européens. L’équilibre des grandes puissances sur la scène internationale connaît une nouvelle configuration tandis qu’une certaine réticence à l’Europe s’exprime à l’intérieur même de ses frontières historiques.
Dans ce contexte, les grands défis sociétaux liés aux transitions énergétiques et numériques appellent une mobilisation forte et une direction ambitieuse. Les industries électriques, électroniques et du numérique entendent prendre toute leur part dans la construction de l’Europe de demain. Fortes de 3 000 entreprises qui emploient 400 000 salariés et réalisent 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires dont 40% à l’export, les électro-industries jouent un rôle moteur pour la croissance économique, la compétitivité et l’emploi sur notre territoire national et en Europe. Nos industriels imaginent et produisent, en effet, les solutions technologiques innovantes qui permettront de relever les grands défis en cours et à venir : industrie 4.0, objets connectés, mobilité, infrastructure énergétique et numérique, smart building…
Les politiques publiques européennes peuvent utilement accompagner cette dynamique. Pour ce faire, l’Europe doit se doter des conditions nécessaires au succès d’une politique industrielle ambitieuse, de la « better regulation » à la mise en œuvre des règles garantissant la loyauté des échanges, et définir des objectifs forts en matière d’efficacité énergétique, de numérique, de mobilité durable ou de bâtiment connecté et durable.
C’est dans le cadre d’un partenariat renforcé avec les pouvoirs publics français et européens et avec l’ensemble des parties prenantes que la FIEEC souhaite relever ces enjeux fondamentaux.

Gilles SCHNEPP

Président de la FIEEC

Télécharger le document

Emploi et compétences pour la transition écologique et numérique : l’Etat et la filière électrique s’engagent

La filière électrique, sous l’égide des Ministères du Travail et de la Transition écologique, a lancé une étude prospective sur les emplois et compétences de la filière électrique en présence des principaux acteurs concernés (entreprises, salariés, étudiants, élus, fédérations…).

Télécharger le communiqué de presse

Le premier code de la commande publique de l’histoire juridique française entre en vigueur aujourd’hui : voici 11 outils pour accompagner les entreprises

La commande publique représente une part importante du PIB de la France (8% en 2016) et constitue un facteur de croissance pour les PME. Ainsi, le montant des marchés de l’État attribués aux PME s’élève à 6,45 milliards d’euros.

Pourtant, le droit de la commande publique était jusqu’à maintenant morcelé en une trentaine de textes législatifs épars, ce qui complexifie considérablement sa lisibilité pour les acheteurs et entreprises qui doivent l’appliquer au quotidien. Dès 1997, les pouvoirs publics ont entrepris des chantiers successifs de codification du droit de la commande publique. Sans succès. Il faudra attendre la transposition des directives européennes de 2014 pour entrer dans une véritable démarche de rationalisation et de modernisation du droit de la commande publique.

Au terme d’un chantier de 24 mois, le code de la commande publique voit enfin le jour et entre en vigueur ce jour, 1er avril 2019. Organisé selon la chronologie de la vie du contrat, de sa préparation à son exécution, le code est une « boîte à outils » pour les acteurs de la commande publique puisqu’il est adapté à l’utilisation quotidienne des praticiens. A la clef : accessibilité et efficacité de la commande publique et renforcement de la sécurité juridique des contrats.

Constitué de 1 700 articles, le code de la commande publique devra être maîtrisé d’ici quelques semaines et s’appliquera aux procédures de marchés publics passées à compter du 1er avril. Pour en faciliter son appropriation par les entreprises, l’AFNUM, en partenariat avec la FIEEC, a tenu une matinale d’échange le 12 mars. Voici une liste des outils et guides pratiques identifiés à cette occasion et qui permettent de faciliter la compréhension de la commande publique.

  • Le document unique de marché européen (DUME) n’est pas obligatoire selon les derniers guides de la DAJ de Bercy relatifs à la dématérialisation des marchés publics (janvier 2019/V3). Cependant, les acheteurs doivent accepter les DUME électroniques envoyés par les entreprises. L’AFNUM et la FNTP ont préparé une version annotée et commentée du DUME pour accompagner les entreprises dans leurs démarches, disponible ici.
  • De nombreux guides pratiques sont proposés par la direction des affaires juridiques des ministères économique et financier et par le MEDEF pour faciliter l’accès et la compréhension de la commande publique aux entreprises.

Guide très pratique 2018 de la dématérialisation des marchés publics (Acheteurs)

Guide très pratique 2018 de la dématérialisation des marchés publics (Opérateurs Economiques)

Guide des bonnes pratiques partagées dans les marchés publics

Dématérialisation et numérique dans les marchés publics – nouveau guide medef

Guide « Regards croisés MINDEF-MEDEF – 2016 : nouvelle réglementation de l’achat public »

  • Les cinq cahiers des clauses administratives générales fixant les dispositions applicables à chaque catégorie de marchés sont consultables ici. Ils feront l’objet de travaux de remaniement à partir d’avril 2019 et le principe d’un sixième CCAG est en cours de réflexion.

Contribution au Grand Débat National

Le Grand Débat National, organisé par le Président de la République et le Gouvernement en janvier s’est clôturé le 15 mars. La synthèse du million de contributions recueillies tout au long de ces trois derniers mois devrait être achevée dès le mois d’avril. La FIEEC, en qualité de corps intermédiaire regroupant plus de 3000 entreprises des industries électriques, électroniques et du numérique, a participé en soumettant 12 propositions articulées autour des trois thématiques suivantes :

• Vers une économie numérique

• Assurer la transition énergétique

• Vers une économie circulaire créatrice de valeur

Ces propositions, développées sous forme de fiches thématiques, entendent répondre aux enjeux aujourd’hui, dont la lutte contre la fracture numérique et la baisse des consommations finales d’énergie pour les consommateurs. Elles s’inscrivent au cœur des préoccupations des citoyens, des entreprises et des administrations.

Consultez la contribution au Grand Débat National.

Normalisation : Le Comité Électrotechnique Français (CEF) se dote d’une nouvelle structure de gouvernance au sein d’AFNOR et dévoile les objectifs de sa feuille de route

Paris, le 22 mars 2019 — A l’occasion de sa première Réunion Générale, le Comité Électrotechnique Français (CEF) a élu Gilles NATIVEL, ENEDIS, à sa Présidence. Il succède à Patrick BERNARD, Schneider Electric.

Le Comité Électrotechnique Français regroupe les industriels du secteur électrique et électronique, des producteurs et fournisseurs d’électricité, les gestionnaires des réseaux électriques, des organismes d’évaluation de la conformité, les installateurs électriciens, des organismes techniques, des utilisateurs et intégrateurs du secteur électrotechnique. Le CEF est, au sein d’AFNOR, le comité en charge de représenter les intérêts de la France dans les instances internationales et européennes de normalisation des électrotechnologies. Il s’inscrit ainsi pleinement au cœur du dispositif national de normalisation.

« Le Comité Électrotechnique Français, porté auparavant par l’Union Technique de l’Electricité (UTE) et aujourd’hui par AFNOR, est animé par la volonté de valoriser la filière, et porte plusieurs objectifs – techniques, industriels, financiers – qui seront au cœur de la feuille de route de ma présidence » souligne Gilles NATIVEL. « Nous continuerons à œuvrer dans le domaine de la normalisation pour renforcer l’influence de notre industrie à l’international, permettre le développement des politiques industrielles, améliorer l’interopérabilité des systèmes futurs, veiller à une concurrence élargie et loyale, améliorer et stimuler la compétitivité de l’industrie électrotechnique nationale, et enfin maîtriser les coûts, les délais, la qualité, les risques. Nos travaux porteront également sur les nouveaux enjeux sociétaux au service de la transition énergétique et de la transformation numérique : santé, sécurité, environnement, responsabilité sociétale des entreprises. »

L’élection du Comité du CEF a été suivie d’un temps d’échange et d’information sur les évolutions récentes dans l’organisation de la normalisation des électrotechnologies et les aspects économiques, ainsi que par une table ronde autour des grands enjeux de la filière. Le CEF a réitéré son engagement pour la compétitivité des entreprises du secteur électrotechnique, et rappelé que les normes représentent un levier stratégique pour l’industrie française des électrotechnologies, au service du renforcement de son rayonnement économique à travers le monde.

A également été confirmé Stéphane DUPRE LA TOUR, EDF, en qualité de Représentant de la Filière au Conseil d’Administration d’AFNOR.

Les 16 Membres des Collèges du Comité représentent les entreprises et organismes suivants :

EDF, ENEDIS, ENGIE, Familles de France, FFIE, FIEEC, FIF, LCIE, LNE, Renault, RTE, SERCE, SNCF.

Pour en savoir plus, avec ce lien : https://normalisation.afnor.org/

Contact presse :

Julie BAGDIKIAN

Cheffe du Service Communication

Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication

01 45 05 70 57 – 06 26 90 14 49

jbagdikian@fieec.fr