Marie-Céline RICHARD (Legrand) succède à Sophie MAGAUD (Groupe Atlantic) à la Présidence de la Commission juridique de la FIEEC.

L’une des principales missions de cette Commission est de suivre l’élaboration des textes légaux et règlementaires – européens et nationaux – susceptibles d’avoir de forts impacts sur le fonctionnement des industries représentées par notre Fédération. La Commission juridique de la FIEEC a également un rôle clé dans la compréhension et l’interprétation des nouvelles mesures en vigueur pour faciliter leur mise en œuvre, à l’appui des échanges réguliers qu’elle entretient avec les différentes administrations et autorités de contrôle.

Dans le Groupe Legrand depuis 2004, nommée au poste de Responsable juridique France de Legrand depuis 2017 et membre de la Commission juridique de la FIEEC depuis plusieurs années, c’est tout naturellement que Marie-Céline RICHARD a accepté d’en reprendre la Présidence.

Pour 2021-2022, plusieurs textes feront l’objet d’une vigilance particulière et notamment : les projets de règlements européens sur les marchés et services numériques (DMA & DSA), la révision du règlement d’exemption sur les accords verticaux (VBER) ou encore la proposition de la Commission européenne sur le devoir de vigilance. Au niveau national, la mise en œuvre des lois Antigaspillage pour une économie circulaire (AGEC) et « Climat Résilience » reste au cœur des préoccupations.

« Dans un contexte sensible de sortie de crise sanitaire et de rupture d’approvisionnement de certains matériaux essentiels pour nos industries, l’appui de la Commission juridique de la FIEEC est fondamentale. Cela permet aux entreprises d’identifier très concrètement les impacts des mesures envisagées, de signaler les dispositions source de forte insécurité juridique et de contribuer à l’élaboration d’un cadre juridique adapté. 

Par ailleurs, les entreprises adhérentes aux syndicats membres de la FIEEC sont confrontées à une multitude de règlementations internationales, européennes et nationales faisant l’objet de travaux de révision permanents. La vigilance de la Commission juridique sur les évolutions à venir et l’analyse des enjeux pour nos industries est un précieux soutien. »