Emploi et compétences pour la transition écologique et numérique : l’Etat et la filière électrique s’engagent

La filière électrique, sous l’égide des Ministères du Travail et de la Transition écologique, a lancé une étude prospective sur les emplois et compétences de la filière électrique en présence des principaux acteurs concernés (entreprises, salariés, étudiants, élus, fédérations…).

Télécharger le communiqué de presse

Le premier code de la commande publique de l’histoire juridique française entre en vigueur aujourd’hui : voici 11 outils pour accompagner les entreprises

La commande publique représente une part importante du PIB de la France (8% en 2016) et constitue un facteur de croissance pour les PME. Ainsi, le montant des marchés de l’État attribués aux PME s’élève à 6,45 milliards d’euros.

Pourtant, le droit de la commande publique était jusqu’à maintenant morcelé en une trentaine de textes législatifs épars, ce qui complexifie considérablement sa lisibilité pour les acheteurs et entreprises qui doivent l’appliquer au quotidien. Dès 1997, les pouvoirs publics ont entrepris des chantiers successifs de codification du droit de la commande publique. Sans succès. Il faudra attendre la transposition des directives européennes de 2014 pour entrer dans une véritable démarche de rationalisation et de modernisation du droit de la commande publique.

Au terme d’un chantier de 24 mois, le code de la commande publique voit enfin le jour et entre en vigueur ce jour, 1er avril 2019. Organisé selon la chronologie de la vie du contrat, de sa préparation à son exécution, le code est une « boîte à outils » pour les acteurs de la commande publique puisqu’il est adapté à l’utilisation quotidienne des praticiens. A la clef : accessibilité et efficacité de la commande publique et renforcement de la sécurité juridique des contrats.

Constitué de 1 700 articles, le code de la commande publique devra être maîtrisé d’ici quelques semaines et s’appliquera aux procédures de marchés publics passées à compter du 1er avril. Pour en faciliter son appropriation par les entreprises, l’AFNUM, en partenariat avec la FIEEC, a tenu une matinale d’échange le 12 mars. Voici une liste des outils et guides pratiques identifiés à cette occasion et qui permettent de faciliter la compréhension de la commande publique.

  • Le document unique de marché européen (DUME) n’est pas obligatoire selon les derniers guides de la DAJ de Bercy relatifs à la dématérialisation des marchés publics (janvier 2019/V3). Cependant, les acheteurs doivent accepter les DUME électroniques envoyés par les entreprises. L’AFNUM et la FNTP ont préparé une version annotée et commentée du DUME pour accompagner les entreprises dans leurs démarches, disponible ici.
  • De nombreux guides pratiques sont proposés par la direction des affaires juridiques des ministères économique et financier et par le MEDEF pour faciliter l’accès et la compréhension de la commande publique aux entreprises.

Guide très pratique 2018 de la dématérialisation des marchés publics (Acheteurs)

Guide très pratique 2018 de la dématérialisation des marchés publics (Opérateurs Economiques)

Guide des bonnes pratiques partagées dans les marchés publics

Dématérialisation et numérique dans les marchés publics – nouveau guide medef

Guide « Regards croisés MINDEF-MEDEF – 2016 : nouvelle réglementation de l’achat public »

  • Les cinq cahiers des clauses administratives générales fixant les dispositions applicables à chaque catégorie de marchés sont consultables ici. Ils feront l’objet de travaux de remaniement à partir d’avril 2019 et le principe d’un sixième CCAG est en cours de réflexion.

Contribution au Grand Débat National

Le Grand Débat National, organisé par le Président de la République et le Gouvernement en janvier s’est clôturé le 15 mars. La synthèse du million de contributions recueillies tout au long de ces trois derniers mois devrait être achevée dès le mois d’avril. La FIEEC, en qualité de corps intermédiaire regroupant plus de 3000 entreprises des industries électriques, électroniques et du numérique, a participé en soumettant 12 propositions articulées autour des trois thématiques suivantes :

• Vers une économie numérique

• Assurer la transition énergétique

• Vers une économie circulaire créatrice de valeur

Ces propositions, développées sous forme de fiches thématiques, entendent répondre aux enjeux aujourd’hui, dont la lutte contre la fracture numérique et la baisse des consommations finales d’énergie pour les consommateurs. Elles s’inscrivent au cœur des préoccupations des citoyens, des entreprises et des administrations.

Consultez la contribution au Grand Débat National.

Normalisation : Le Comité Électrotechnique Français (CEF) se dote d’une nouvelle structure de gouvernance au sein d’AFNOR et dévoile les objectifs de sa feuille de route

Paris, le 22 mars 2019 — A l’occasion de sa première Réunion Générale, le Comité Électrotechnique Français (CEF) a élu Gilles NATIVEL, ENEDIS, à sa Présidence. Il succède à Patrick BERNARD, Schneider Electric.

Le Comité Électrotechnique Français regroupe les industriels du secteur électrique et électronique, des producteurs et fournisseurs d’électricité, les gestionnaires des réseaux électriques, des organismes d’évaluation de la conformité, les installateurs électriciens, des organismes techniques, des utilisateurs et intégrateurs du secteur électrotechnique. Le CEF est, au sein d’AFNOR, le comité en charge de représenter les intérêts de la France dans les instances internationales et européennes de normalisation des électrotechnologies. Il s’inscrit ainsi pleinement au cœur du dispositif national de normalisation.

« Le Comité Électrotechnique Français, porté auparavant par l’Union Technique de l’Electricité (UTE) et aujourd’hui par AFNOR, est animé par la volonté de valoriser la filière, et porte plusieurs objectifs – techniques, industriels, financiers – qui seront au cœur de la feuille de route de ma présidence » souligne Gilles NATIVEL. « Nous continuerons à œuvrer dans le domaine de la normalisation pour renforcer l’influence de notre industrie à l’international, permettre le développement des politiques industrielles, améliorer l’interopérabilité des systèmes futurs, veiller à une concurrence élargie et loyale, améliorer et stimuler la compétitivité de l’industrie électrotechnique nationale, et enfin maîtriser les coûts, les délais, la qualité, les risques. Nos travaux porteront également sur les nouveaux enjeux sociétaux au service de la transition énergétique et de la transformation numérique : santé, sécurité, environnement, responsabilité sociétale des entreprises. »

L’élection du Comité du CEF a été suivie d’un temps d’échange et d’information sur les évolutions récentes dans l’organisation de la normalisation des électrotechnologies et les aspects économiques, ainsi que par une table ronde autour des grands enjeux de la filière. Le CEF a réitéré son engagement pour la compétitivité des entreprises du secteur électrotechnique, et rappelé que les normes représentent un levier stratégique pour l’industrie française des électrotechnologies, au service du renforcement de son rayonnement économique à travers le monde.

A également été confirmé Stéphane DUPRE LA TOUR, EDF, en qualité de Représentant de la Filière au Conseil d’Administration d’AFNOR.

Les 16 Membres des Collèges du Comité représentent les entreprises et organismes suivants :

EDF, ENEDIS, ENGIE, Familles de France, FFIE, FIEEC, FIF, LCIE, LNE, Renault, RTE, SERCE, SNCF.

Pour en savoir plus, avec ce lien : https://normalisation.afnor.org/

Contact presse :

Julie BAGDIKIAN

Cheffe du Service Communication

Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication

01 45 05 70 57 – 06 26 90 14 49

jbagdikian@fieec.fr

« Conseillez l’industrie ! » : la FIEEC, en partenariat avec Pôle emploi et l’UIMM, se mobilise pour sensibiliser les conseillers à l’emploi aux métiers des industries électriques, électroniques et du numérique

Paris, le 22 mars 2019 — A l’occasion de la 9ème édition de la Semaine de l’Industrie, pour laquelle Pôle emploi organise plus de 500 actions sur l’ensemble du territoire, La Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication (FIEEC), en partenariat avec Pôle emploi et l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM), lance son premier rendez-vous « Conseillez l’industrie ! ».

Durant cette matinée d’échanges, réservée aux conseillers Pôle emploi, des experts des industries électriques, électroniques et du numérique présenteront les spécificités des métiers de ces filières, les compétences demandées et les formations adaptées. L’événement a reçu la labellisation Semaine de l’Industrie pilotée par le ministère de l’Économie et des Finances via la Direction générale des entreprises (DGE).

« Dans un contexte particulièrement évolutif, les entreprises de nos secteurs d’activité sont en recherche permanente de nouvelles compétences pour accompagner les mutations technologiques qui constituent une formidable opportunité pour nos industries » souligne Patrick BERTRAND, Vice-Président numérique de la FIEEC. « Il est essentiel que ces nouveaux métiers soient valorisés auprès de ceux qui sont les mieux à même d’orienter un public en recherche d’emploi et/ou de formation. Ce rendez-vous que nous espérons reconduire chaque année, a aussi pour objectif de mettre en valeur et de renforcer l’attractivité des métiers de l’industrie d’aujourd’hui, à la fois moderne, innovante, créative et ambitieuse. »

« Dans l’industrie, 50,3% des entreprises ayant le projet d’embaucher en 2019 nous disent anticiper des difficultés de recrutement » précise Catherine POUX, directrice du service aux entreprises de Pôle emploi. « Cette situation s’explique notamment par une méconnaissance du secteur qui a fortement évolué. Nous sommes aux côtés des entreprises pour le faire connaître et le valoriser auprès de demandeurs d’emploi grâce à notre opération #VersUnMétier. L’industrie est d’ailleurs le premier secteur soutenu aux côtés du commerce et de la restauration. Ce nouveau rendez-vous, « Conseillez l’industrie », représente un outil supplémentaire pour permettre à nos conseillers d’accompagner durablement les demandeurs d’emploi vers ce secteur. »

L’événement s’inscrit dans le cadre de la 9ème édition de la Semaine de l’Industrie qui mobilise de nombreux acteurs partout en France. Visites d’entreprises, job dating, forums métiers, web-conférences, interventions en milieu scolaire, forum des métiers, expositions…, ce rendez-vous national contribue à renforcer l’attractivité de nos industries et de nos métiers.

La Fédération des Industries Electroniques, Electroniques et de Communication (FIEEC)

La FIEEC est une Fédération de l’industrie qui rassemble 22 syndicats professionnels dans les secteurs de l’électricité, de l’électronique et du numérique (biens de consommation, biens intermédiaires et biens d’équipement). Les secteurs qu’elle représente regroupent 3 000 entreprises (dont 87% de PME et d’ETI), emploient 400 000 salariés et réalisent 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur le territoire national dont 40% à l’export. La FIEEC est membre de l’ORGALIME, de France Industrie, du MEDEF, de la CPME et de l’UIMM.

Pôle emploi

Pôle emploi est l’opérateur public de référence du marché de l’emploi. Dans le cadre de sa mission de service public, l’établissement s’engage à garantir l’accompagnement des demandeurs d’emploi dans leur recherche d’emploi et à répondre aux besoins de recrutement des entreprises. Pôle emploi s’appuie sur 902 agences de proximité et relais, 145 agences de services spécialisés et 67 plateformes de services. Le site pole-emploi.fr reçoit 45,3 millions de visites par mois.

Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM)

L’UIMM représente 42 000 entreprises industrielles, celles de la métallurgie et de la transformation des métaux, de la mécanique, de l’automobile, de la construction navale, et de l’aéronautique, celles du spatial et du ferroviaire, de l’électrique et de l’électronique, du nucléaire et enfin des équipements ménagers. L’UIMM s’appuie sur un réseau de 10 fédérations professionnelles et 59 chambres syndicales territoriales. Pilote du premier réseau privé en matière de formation technique et industrielle, l’UIMM accompagne au plus près de leurs besoins l’ensemble des entreprises industrielles dans la recherche des compétences nécessaires à leur développement. Fin juin 2016, l’UIMM a fait évoluer son identité en l’adossant à La Fabrique de l’Avenir, démarche collective des fédérations de l’industrie pour porter, auprès des Français, le message positif d’une industrie de solutions. L’UIMM La Fabrique de l’Avenir veut témoigner du rôle moteur qu’elle entend jouer au service de l’industrie et des Français. www.uimm.lafabriquedelavenir.fr – @uimm

Contacts presse :

FIEEC

Julie BAGDIKIAN

Chef du Service Communication

01 45 05 70 57 – 06 26 90 14 49

jbagdikian@fieec.fr

Pôle emploi

Loran HARMAND

Attaché de presse

06 18 04 31 07

loran.harmand@pole-emploi.fr

Tribune Sophie BRETON et Christel HEYDEMANN

Créons les conditions du succès des femmes dans l’industrie

Créons les conditions du succès des femmes dans l’industrie

Avec la troisième révolution industrielle se produit un alignement des astres propice à une plus grande diversité dans nos industries. En effet, la formidable puissance de la révolution de la donnée, du connecté et de l’intelligence artificielle a profondément renouvelé nos métiers, en a créé de nouveaux, et réimaginé les conditions du travail industriel. Dès lors les stéréotypes de métiers très masculins, n’ont plus lieu d’être. Pourtant, ils perdurent et il est de notre responsabilité en tant qu’industriels de les combattre. Parlons aux jeunes, à leurs parents, aux enseignants. Et en priorité aux jeunes filles qui sont encore trop peu nombreuses à s’engager dans des filières techniques, précisément à cause de cette image de nos métiers héritée du temps passé. Disons leur tout ce que l’industrie est aujourd’hui : moderne, innovante, créative et ambitieuse.

Choisissons de ne pas défendre une vision strictement et mathématiquement égalitaire de la répartition homme-femme. Ce qui importe, c’est garantir l’égalité des chances pour tous. Choisissons de ne pas défendre une vision angélique de la diversité entièrement mue par des considérations de justice sociale. Car elle ne fonctionne pas auprès de ceux pour lesquels le curseur du juste et de l’injuste diffère du nôtre.

Choisissons de dire combien la diversité représente un atout stratégique pour la réussite de nos entreprises, pour la vitalité économique de nos industries et constitue un levier de compétitivité pour notre pays. Choisissons de dire que dans un pays où le taux de chômage s’élève à plus de 9% et où des milliers d’emplois ne sont pas pourvus dans les secteurs en tension de l’électrique, de l’électronique et du numérique, il faut sensibiliser ces jeunes filles et ces femmes à nos métiers et aux parcours de formation qui y mènent.

Choisissons enfin—et c’est le plus important—de le faire, à travers des actions très concrètes. Envoyons des ambassadrices des formations techniques intervenir dans des collèges et lycées pour présenter leurs parcours professionnels. Créons des programmes de mentorat, de mécénat de compétences et de tutorat en direction des étudiantes et des lycéennes. Donnons l’élan à ces femmes talentueuses pour qu’elles se réalisent et transforment ce plafond de verre en miroir pour le nouveau monde !

Sophie BRETON

Vice-présidente Bâtiment de la FIEEC

Présidente du Groupement des Industries du Génie Numérique, Energétique et Sécuritaire (IGNES)

Senior Vice President APAC Hager Group

____________________________________________

Christel HEYDEMANN

Vice-présidente Branche électrique de la FIEEC

Présidente du Groupement des industries de l’équipement électrique, du contrôle-commande et des services associés (GIMÉLEC)

Présidente SCHNEIDER ELECTRIC France

« Faire gagner l’industrie française grâce à l’électronique »

Bruno LE MAIRE signe le contrat stratégique de la
filière industrie électronique 2019 – 2022

Télécharger le communiqué de presse

Emploi dans la fibre optique

Objectif-fibre.fr lance le nouveau référentiel
des compétences des métiers de la fibre

Dans le cadre de l’Engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC) et après plus d’un an de travail collaboratif, Objectif Fibre et ses partenaires (Ministère du Travail, Agence du Numérique, branches et opérateurs de compétences) publient la cartographie des métiers de la fibre optique. Cet outil – ayant vocation à faciliter la description, la formation et le recrutement dans ce secteur – se décline en 26 fiches métiers, dont 17 concernent des profils en tension, consultables sur le site objectif-fibre.fr.

Accès aux fiches métiers : https://www.objectif-fibre.fr/page/les-outils

Un exemple de fiche métier : https://bit.ly/2NeMAhM

Lire le communiqué de presse

Réussir la troisième révolution industrielle

(Tribune publiée à l’occasion du AI France Summit du 19 février 2019)

Entre prédictions dystopiques et Nouvel Âge d’Or, l’intelligence artificielle nourrit l’imaginaire de tous. Il est indéniable que la relation de l’homme à l’autre et à l’environnement dans lequel il évolue est bouleversée par les puissantes transformations de notre millénaire. Arrêtons-nous un instant pour prendre la mesure du formidable moment d’histoire dans lequel nous entrons de plain-pied. La conjonction de la machine à vapeur et de l’imprimerie donna lieu à la première révolution industrielle, puis la juxtaposition de l’électricité et du pétrole fit naître la seconde. Nous voici pleinement au cœur de la troisième, celle de l’économie de la donnée.

L’intelligence artificielle rend l’homme capable de capter des données complexes en masse, de les analyser et de générer à une vitesse spectaculaire des actions optimisées très finement sur tous les marchés, pour répondre à des besoins qui s’expriment désormais en termes d’usages. Les systèmes de gouvernance s’en trouvent bouleversés, les moyens de lutte contre le réchauffement climatique démultipliés, l’agilité prend le pas sur une vision centralisée et verticale.

Les industriels de l’électrique, de l’électronique et du numérique jouent un rôle majeur pour créer les conditions du succès du développement de l’intelligence artificielle. Les innovations technologiques sont en effet à la fois à la source du changement et une puissante force motrice qui accompagne positivement ses effets. L’excellence française, mondialement reconnue, constitue un véritable levier de compétitivité. Notre pays bénéfice d’une industrie électrique et électronique d’excellence qui constitue le socle indispensable au développement de l’intelligence artificielle. Nos industries couvrent ainsi toute la chaîne, du composant électronique au logiciel en passant par le capteur et l’automate.

Tout ce qui nourrit les progrès de l’intelligence artificielle nécessite un réseau électrique intelligent, et réciproquement, ainsi qu’un transport et un stockage de données de haut niveau. Les industriels travaillent à créer des infrastructures très haut débit performantes, stables et sécurisées, socle indispensable pour réussir la transition numérique. La France dispose de tous les atouts pour être le fer de lance de cette révolution de la donnée. Notre pays est en particulier très attractif pour l’implantation de Data Centers, première brique d’un numérique durable, et enjeu central pour notre souveraineté.

Le développement de l’intelligence artificielle requiert des flux de données massifs et une connectivité généralisée. Les industries électrotechnologiques ont donc également pour priorité d’offrir les solutions les plus avancées en matière de cybersécurité. Autant de nouvelles réponses pour faire en sorte que tout ce que le numérique promet de « smart » soit également « safe ». Le rôle éminent que jouent nos industries pour la construction de la confiance numérique passe également par la mise en place de dispositifs et réglementations nécessaires à la protection des données afin d’assurer leur disponibilité, confidentialité et intégrité. Plus que jamais nos industries sont mobilisées pour la construction d’un socle électronique-numérique durable, terreau fertile d’une intelligence artificielle au service de tous, et qui place l’homme au centre de tout.

Gilles SCHNEPP

Président de la FIEEC