Après deux mois de concertation, 55 industriels et fédérations professionnelles se sont réunis lundi 2 juillet 2018, à Bercy, en présence de Brune POIRSON et Delphine GÉNY- STEPHANN, pour partager leurs engagements visant à accroitre de manière significative l’intégration de plastiques recyclés dans les produits. Ces engagements volontaires répondent à la mesure 1 de la feuille de route Économie Circulaire du Gouvernement parue le 23 avril dernier.

A cette occasion, Benoît LAVIGNE, Délégué Général de la FIEEC a mis en avant l’implication du secteur pour aller vers plus de circularité mais également indiqué la dynamique impulsée au sein du secteur en faveur de l’intégration de plastiques recyclés  et les freins à lever pour amplifier cette dynamique, en premier lieu la réglementation substances.

Si le secteur n’a pu au regard des délais contraints et des freins identifiés, s’engager de manière collective, quatre entreprises, HP, Legrand, Schneider Electric et Seb, représentant la diversité des  secteurs de la profession ont fait le choix d’accompagner la démarche des pouvoirs publics. Elles se sont ainsi  engagées individuellement à accroitre les volumes de plastiques recyclés intégrés dans leurs produits de 50 % à 100%, à échéance 2025.

Conscientes des enjeux que représente l’économie circulaire, les industries électriques, électroniques et de communication investissent depuis de nombreuses années dans le développement de solutions de production durables et efficientes en termes de ressources. Par ailleurs, la FIEEC est également particulièrement engagée dans les problématiques en amont et en aval de la création de ses produits et solutions que sont la consommation durable et la prévention des déchets. Très active durant les périodes de consultations et au sein des groupes de travaux initiés par le Gouvernement, la FIEEC entend soutenir les différents Ministères impliqués dans cette démarche et continuer le dialogue institué pour apporter aux pouvoirs publics son expérience et ses recommandations quant à la  formalisation de démarches vers plus d’intégration de plastiques issus du recyclage. Ceci afin qu’aucun frein ne puisse compromettre la réalisation des objectifs ambitieux et résolument novateurs portés par la Feuille de Route. De leur côté, les entreprises ont besoin également du soutien de l’Etat pour lever les freins identifiés afin d’aller vers toujours pus de circularité.

 

Date limite de candidature : le lundi 14 septembre à 17h.

Ce prix récompense des chercheurs académiques qui se sont impliqués dans le processus de transfert de connaissances et de savoir-faire entre le monde académique et celui des entreprises. Mettez en valeur votre recherche, montrez ses effets positifs sur  l’environnement économique et social et bénéficiez  personnellement de moyens supplémentaires.

 Télécharger le dossier d’inscription, le règlement et/ou le flyer

Lors de la réunion de son Comité exécutif du 28 mai, le Conseil National de l’Industrie (CNI) a validé la création d’un Comité Stratégique de Filière (CSF) consacré à l’Industrie électronique. Cette décision est en grande partie due à l’importante mobilisation de la FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication), des syndicats de sa branche électronique – ACSIEL (fabricants de composants d’équipements de test & mesure et de production électronique, présidé par Jean-Luc ESTIENNE / STMicroelectronics), SNESE (sous-traitance, présidé par Eric BURNOTTE / Alliansys) et SPDEI (distribution industrielle, présidé par Pascal FERNANDEZ / AVNET) – d’Embedded France (systèmes et logiciels embarqués, Présidé par Cédric DEMEURE / Thales) et de France Industrie.

Le Comité sera présidé par Thierry TINGAUD, Président de STMicroelectronics France, qui sera accompagné par un Vice-président en la personne de Vincent BEDOUIN, Président du Groupe Lacroix.

 Télécharger le communiqué de presse

Dans le cadre du départ d’Eric Jourde, Délégué Général à ce jour,  La FIEEC est heureuse de vous annoncer l’arrivée de Benoît Lavigne au poste de Délégué Général  à compter du mois d’avril 2018. Eric Jourde rejoint, quant à lui, la Fédération Française du Bâtiment (FFB).

Titulaire d’un troisième cycle en communication politique à la Sorbonne, Benoît Lavigne a commencé sa carrière en 2001 au service communication de l’Aform, association de fournisseurs de télévision par câble. En 2005, il rejoint l’Afa, association d’opérateurs Internet où il est en charge des relations publiques. Il met ensuite son expérience dans le secteur du numérique et des télécoms à disposition du MEDEF qu’il intègre en 2008 en charge de la mission numérique.

Benoît Lavigne est entré au sein d’IGNES en 2011 au poste de Directeur général adjoint avant d’être nommé Délégué général en 2013.

 

Un colloque en présence de représentants de la CNIL, organisé en partenariat avec la FIM, s’est tenu le mardi 6 février 2018 dans les locaux de la FIEEC sur les enjeux liés au règlement européen sur les données personnelles.

La FIEEC et ses adhérents sont pleinement investis dans ces sujets.

Ce colloque constitue l’aboutissement de plusieurs travaux menés en amont afin d’informer nos adhérents sur les impacts de ce texte sur leur organisation professionnelle (organisation interne, nouvelles obligations, sanctions prévues, etc.). Une fiche juridique pratique récapitulant l’ensemble de ces informations est également disponible et consultable.

Dans cette même optique, un guide dédié a été rédigé par le service juridique de la FIEEC. Pour y avoir accès, vous pouvez vous adresser à Julie MACAIRE (jmacaire@fieec.fr).

Après avoir accueilli plusieurs centaines d’acteurs de l’électronique mondiale, que peut-on retenir du WEF 2017 organisé pour la 1ère fois en France, à Angers ?

France is Back ! Le WEF nous a donné l’opportunité de présenter le rôle central joué par l’électronique dans la transformation digitale en cours au travers de 60 projets répartis sur 7 domaines d’usage : Smart’Agri,’Energy, ‘Health, ‘Home, ‘Moblility, ‘Security et ‘Wear. Les acteurs internationaux ont été unanimement impressionnés par notre vision du Smart WORLD et par notre écosystème d’innovation composé des start-ups de la French Tech mais aussi des PMEs, des ETIs et des Grands Groupes qui font la French Fab.

Quelles sont les ambitions aujourd’hui portées par la filière et plus particulièrement sur l’industrie électronique du futur ?

Nous sommes au début d’un nouveau cycle de croissance majeur marqué par l’Industrial IoT et l’électronique en est le socle industriel. La France dispose d’atouts considérables pour saisir cette opportunité avec un tissu diversifié d’industriels d’application, une communauté foisonnante de start-ups ainsi qu’une filière électronique à même de matérialiser cette innovation. Le développement de l’industrie électronique du futur est en revanche une condition sine qua non pour accélérer le Smart WORLD et répondre à la complexité des marchés de l’IIoT. C’est en particulier sur les services de production que se concentrent les enjeux, domaine où la France est leader en Europe !

Comment voyez-vous les synergies avec la FIEEC et ses syndicats adhérents ?

Nous avons saisi l’opportunité du WEF pour développer une feuille de route « Vers l’Industrie Electronique du Futur » avec la FIEEC et les 3 syndicats représentatifs de l’industrie électronique (ACSIEL, SNESE, SPDEI) car toutes les composantes de la chaine de valeur sont concernées par cette transformation. Ensemble, nous entendons à présent traduire cette feuille de route en actions concrètes et faire reconnaitre en France et en Europe le caractère stratégique de cette filière « IoT & Electronique » pour l’ensemble de l’industrie.

La deuxième édition de ce guide vient approfondir la démarche initiée en 2014 et développe plus spécifiquement certains aspects plus prégnants pour faire de la RSE un outil concret et efficace. Il est constitué d’un volet méthodologique et synthétique pour la mise en œuvre d’une démarche d’entreprise responsable et d’un volet pratique regroupant des fiches thématiques dédiées aux enjeux identifiés comme prioritaires pour les IEEC.

Télécharger le document

How do you think technology and more precisely connected objects could disrupt the world?

Consumer technology – powered by anytime/anywhere connectivity – holds the promise of a better world. Self-driving technology means safer roads, fewer car accidents and increased mobility for seniors and people with disabilities. Drones aid in disaster relief and deliver medical supplies to areas without roads. Connected wellness devices keep us in closer touch with our doctors – and our loved ones – whether you live across town or across the country. In one way or another, large or small, all of us have been impacted by these technologies. The pace of innovation is lightning-fast. These technologies will touch all of us, improving the lives of everyone on the planet.

From your point of view, what could be the main topics of the incoming CES 2018. Do you think Artificial intelligence could be one of them?

CES ® turned 50 this year, but the show never gets old. Every year I’m excited to see the new, awe-inspiring technologies on display at CES. This year, we’re diving deep into smart cities. Sensors, 5G connectivity and artificial intelligence combine in amazing ways, reducing traffic congestion, improving infrastructure repair and conserving energy, for example. Cities are investing in selfdriving technology, wireless broadband and sensors. And the data collected by these sensors can optimize energy use, improve emergency services and improve quality of life. CTA predicts there will be at least 88 smart cities worldwide by 2025, and 70 percent of the world’s population is expected to live in these smart cities by 2050. Artificial intelligence will be one of the key ingredient technologies over the next decade that has the power to transform our lives for the better. AI is in our cars, homes and health and wellness devices. And our new artificial intelligence marketplace will feature the latest from this promising technology – expect to see much more than just digital assistants. Think cars, health and wellness devices, home security and smart home systems, robotics, agriculture and so much more. And we’ll see an increased focus on user value of AI at CES 2017.

What is your view about French innovations and its impacts worldwide?

France is a hotbed of innovation and a global advocate for entrepreneurialism and startups. Many government policies encouraged by President Macron support innovation and tech education with a focus on science, technology, engineering and math degrees. More than 4,900 French attendees came to CES 2017, establishing France among the top five countries represented at the show. And 249 French companies exhibited In Eureka Park, the flagship startup destination at CES, helping make France the second largest exhibiting country, following the U.S.

La sécurité numérique est aujourd’hui un sujet incontournable qui nous concerne tous : structure de petite ou de grande taille, publique ou privée, particulier, entreprise ou administration. En France, de nombreux acteurs, réunis au sein des syndicats adhérents de la FIEEC, ont déjà pleinement conscience de ces nouveaux enjeux : les offreurs de solution, les intégrateurs de ces solutions ou encore les utilisateurs. Ainsi, et dans l’objectif de vulgariser les sujets liés à la sécurité et la confiance numérique du point de vue des professions électriques, électroniques et numériques, notre Fédération vient de publier un dossier intitulé « Confiance et sécurité numérique dans un monde connecté (IoT) : Une filière d’excellence en France (PME, ETI et grands groupes) force de proposition ». Ce dossier, rédigé notamment grâce aux contributions de nos syndicats membres et des experts en sécurité et confiance numérique, dresse ainsi un panorama global des outils existants (outils liés à l’identité numérique, à la traçabilité, à la cybersécurité etc.) et des usescases (dans les domaines de la safe city, du safe building, de la santé, des véhicules connectés etc.) en la matière.

 

 Télécharger le document

Dans un monde en profonde transformation numérique, économique, énergétique, environnementale et sociétale, notre profession a résolument poursuivi ses actions en faveur de la promotion des industries électriques, électroniques et numériques. Les objectifs sont clairs : porter collectivement une vision partagée pour amplifier notre force de propositions sur les enjeux majeurs de nos secteurs d’activité.

 Télécharger le document